XÉNOS - A propos - Xenos
15874
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-15874,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,no_animation_on_touch,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive
 

XÉNOS – A propos

XÉNOS ?

Du grec ancien ξένος, Xénos, étranger, nouveau, inconnu, celui qui reçoit et donne l’hospitalité.

XENOS, tout est parti d’une émission de Jean-Claude Ameisen, dont voici le fragment déclencheur :

« Entrer en résonance avec les autres, voyager immobile à travers l’espace et le temps. Partir à la découverte du monde des autres, nous perdre, puis revenir et renaître plus riches de ce que nous avons vécu.

Le monde subjectif, dit Siri Husvedt, est aussi un monde intersubjectif, le monde de moi et de toi. Et tracer une frontière entre les deux n’est pas facile, parce que les autres font partie de nous.

Un hôte, dit la philosophe Barbara Cassin, le même mot désigne celui qui accueille et celui qui est accueilli et c’est une immémoriale trouvaille, la civilisation même.

Sans doute faut-il ajouter qu’en grec, xénos, dit l’hôte en ces deux sens, celui qui accueille et celui qui est accueilli. En grec, xénos signifie aussi l’étranger, celui qu’il faut par excellence accueillir, celui auquel il faut offrir l’hospitalité.

Peut-être parce que celui qui accueille l’étranger est aussi un étranger pour l’étranger accueilli.

Peut-être parce que l’hospitalité est une ouverture à l’autre, la reconnaissance de l’autre dans le cadre d’une relation de réciprocité.

Mais en latin, ajoute Barbara Cassin, hostis, l’hôte désigne aussi l’ennemi, confiance, méfiance. L’altérité peut être source d’ouverture et de rejet.

Il faut pouvoir, dit Paul Ricoeur, se vivre soi-même comme un autre, comme tous les autres.

Il faut voir en l’autre, dit Ben Okri, nous-même comme l’étranger, comme tous les étrangers.

L’autre, l’étranger, toujours à découvrir, toujours à reconnaître, toujours à inventer, comme un manque en nous de la part de nous qui est dans tous les autres, comme un manque dans tous les autres de leur part qui est en nous.

Nous retrouver dans l’autre, dans l’étranger, nous reconnaitre comme étranger, aller vers l’autre comme on revient vers soi, comme on revient chez soi. »

Jean-Claude Ameisen, Sur les épaules de Darwin – Donner, recevoir, France Inter, 23 novembre 2013

Siri Husvedt La Femme qui tremble

Barbara Cassin, La Nostalgie : Quand donc est-on chez soi ?